Festival 2014

Le Spectacle : création 2014

Note d’Intention du spectacle

Mettre en scène un conte de fées joué par des comédiens dont certains sont réputés normaux, d’autres autistes ou présentant divers handicaps,  certains amateurs, d’autres professionnels, est-ce bien un projet raisonnable ? Lorsque Gilles Roland-Manuel m’a fait lire son adaptation de Blanche Neige, j’avoue que j’ai été perplexe ! L’expérience nécessitait, on s’en doute, un brin de folie !

D’autant que dans la version de Roland Manuel, Blanche Neige n’a rien d‘une mijaurée : elle regarde les hommes, affirme son indépendance  et revendique clairement son désir de femme. En un mot elle n’a pas froid aux yeux, alors que la sexualité génitale est parfois bien éloignée de l’autisme.

Qu’allais-je bien pouvoir faire de tout cela ?

Tout s’est éclairé lorsque je suis revenu au conte et à son essence. Le conte a ceci d’extraordinaire qu’il est fait de merveilleux et d’onirisme, il permet toutes les outrances, toutes les imaginations les plus débridées, il peut laisser la place aux figures les plus étranges,  depuis les personnages pétris de conventions sociales jusqu’aux créatures les plus étranges, fantastiques ou  monstrueuses. Mais il y a en revanche une règle absolue. Tout est possible à la seule condition que derrière l’apparente fantaisie, un discours clair parvienne de façon voilée à nos consciences, nous parle de notre condition humaine et nous fasse grandir.

Fort de ce constat, je suis revenu au texte et j‘ai fini par y trouver la clé du spectacle.

Le roi est vieux et fatigué. La cour est traversée par l’outrance et les dérèglements les plus extrêmes, puisque l’ordre s’affaiblit Ainsi la reine flirt ouvertement avec un beau chasseur. La cour offre le spectacle désolant d’une faune étrange, décadente et consanguine. En contrepoint, les animaux de la forêt qui recueillent Blanche Neige après que le chasseur l’ait abandonnée, les étranges moines qui font office de  nains, les paysans aux trognes étranges tout droit sortis d’un tableau de Brueghel, tout cela nous parait d’une humanité bien plus forte, pétillante et fraîche. La musique baroque, constamment présente, est là nécessaire dans son sens étymologique puisque le mot baroque vient vraisemblablement du portugais barroco qui désigne des perles de forme irrégulière. Comment pourrait on donner meilleure définition de ce que peut être un art brut au théâtre ?  Le conte est là pour nous rappeler que l’humanité est un bien commun qui peut se cacher sous des apparences extrêmement diverses, des plus convenues jusqu’aux plus cabossées.

Blanche Neige est porte-parole d’un désir libre et incandescent qui tolère toutes les formes d’existence, de la plus humble à la plus brillante, pourvu que la loyauté et le partage soient toujours de mise. C’est ce qui l’amène à combattre la jalousie de la sorcière comme la fatuité et l’avidité du prince.

Mais chut, n’en disons pas trop pour ne pas révéler les secrets de cette Blanche Neige atypique !

Olivier Couder / metteur en scène


…Distribution…

Avec les institutions spécialisées

Foyer Jeanne d’Arc 91170 Vigneux-sur-Seine direction Sandrine Brenner avec sur scène Nadège Dizazzo, Nadia Medjahed et Sébastien Colot, Esther Bou- bouillon, Anaïs Chabaille, Aurélie.

HDJ de la Rue Haxo 75020 PaRiS direction administrative Jocelyne Guyot avec sur scène Phanie Guichard, Pierre Aubert, Zidane Simoes et Solène Fournier

I.M.E Alternance 75 : 75019 PARIS direction Corinne Ben Samoun avec sur scène Pascal Routhiau, Alexandre Djebbari et Marvin Zane

I.M.E Alternance 9292340 Bourg-La-Reine direction Stéphan Durant avec sur scène Mathieu Marmont et Stanislas Carmont

I.M.E Cour de Venise Autisme 75 : 75003 PARIS direction Laurence Melloul-piou avec sur scène Garry Jumet, Jawad Bouc- khachem et Joseph Vigilant

I.M.E Jean Richepin 93160 NOISY Le Grand direction Jacky Jurion avec sur scène Kathalyn Depaix et Linda, Yanis Zepho, Yohan Lukumbisa

I.M.E Jeune Appedia 92290 ChaTenaY-MaLaBRY direction Laurence Genet avec sur scène Christelle Croullebois, Fabrice Pereira et Quentin Quillet, Erwan Daoudal

Résidence «Le Clair Bois» 78 580 LeS aLLUeTS Le ROi direction Nadine Dampierre avec sur scène Patrick et Sébastien Martineau

Gilles Roland-Manuel • auteur de « Blanche-neige » il a dirigé l’hôpital de Jour d’antony (92) pen- dant 25 ans et exerce par ailleurs à l’i.M.e. « alternance » de Bourg-la-Reine (92). Ces deux établissements, qui accueillent des jeunes gens autistes, sont réputés notam- ment pour leurs innovations en matière cultu- relle et artistique (lien psychiatrie-culture). après avoir opté dans un premier temps pour la chirurgie, gilles Roland-Manuel passe l’in- ternat en psychiatrie à Paris (1975) et devient, très jeune, chargé de cours à l’Université Paris Vii. Il travaille avec Lucien Bonnafé à Corbeil puis avec Basaglia à l’hôpital psychiatrique de Trieste (où il rencontre le comédien et auteur dramatique Dario Fo). Très marqué par ces expériences italiennes, il fonde à son retour en France (1981) le « Cheval Bleu » avec le soutien de Jack Lang qui vient d’être nommé Ministre de la Culture, et la collaboration de Michel Foucault, Tony Lainé, David Cooper et Robert Castel. Gilles Roland-Manuel, issu d’une famille d’artistes et de médecins, est à l’origine de nombreuses autres initiatives établissant des ponts entre le monde de la culture et celui de la psychiatrie (associations, fondations, recherches, etc.). Parcourant l’europe puis le monde avec des spectacles vivants auxquels il participe avec ses jeunes malades (théâtre, musique), ainsi qu’avec le journal « le Papotin », créé à l’hôpital de Jour d’antony, dont il a dirigé la publication pendant 10 ans. Il effectue par ailleurs des recherches en eth- nopsychiatrie sur les thérapies traditionnelles (n’Doep en afrique de l’Ouest et Santeria à Cuba). Il est président du « Futur Composé » qu’il crée en l’an 2000 et qui fédère des associa- tions culturelles et une trentaine d’institutions d’ile-de-France accueillant de jeunes autistes. Cette association organise des manifestations et des spectacles auxquels participent, en- semble, des artistes professionnels et handi- capés. Le Dr gilles Roland-Manuel est, avec le Dr Jacques Léna, à l’origine d’une importante recherche génétique sur l’autisme qui se poursuit depuis 10 ans avec le Pr Munnich et son équipe de l’hôpital necker-enfants Malades.

Olivier Couder – metteur en scène de Blanche Neige Directeur artistique, metteur en scène et comédien. après une formation de psychologue clinicien et une formation de comédien, Olivier Couder à fondé le Théâtre du Cristal en 1989. il joue et met en scène de nombreux spectacles sans lien avec l’univers ou la pro- blématique du handicap, puis il entreprend un travail d’animation dans un foyer de personnes handicapées mentales. Cette rencontre déci- sive avec les comédiens en situation de han- dicap le conduit à travailler de plus en plus fréquemment avec eux jusqu’à devenir son activité essentielle. Depuis 2004, le Théâtre du Cristal travaille avec l’e.S.a.T La Montagne et gère un atelier professionnel dans lequel quinze personnes en situation de handicap travaillent à plein temps. il a mis en scène la plupart des spectacles de la compagnie. (Voir Théâtre du Cristal). Olivier Couder dirige le Pôle art et handicap du Théâtre du Cristal et intervient à ce titre sur la mise en place de la politique territo- riale comme le schéma départemental du Val d’Oise. Ses textes sont devenus une référence. il intervient et anime de nombreux colloques en France et à l’étranger (istanbul, Moscou…). Olivier Couder collabore avec le Futur Com- posé depuis sa création en 2000. www.theatreducristal.com

Cécile Sanz de Alba • assistante à la mise en scène, a été formée au Conser- vatoire national d’art Dramatique de Paris. au cinéma, elle a tenu le rôle principal du « Val abraham » de Manoel de Oliveira, primé dans le monde entier (Mention spéciale à la Quin- zaine des réalisateurs Cannes 1993 et prix CiCae /Jaguar Maya à Cancun(1993) / Best artistic Contribution award Tokyo(1993). elle a tourné depuis dans de nombreux téléfilms, et eu la chance de jouer avec des partenaires prestigieux tels Marcello Mastroianni, Jean- Paul Roussillon ou niels arestrup… elle a été nommée comme Révélation théâtrale aux Molières 2005 pour son interprétation du rôle d’araminte dans « les Fausses Confidences » de Marivaux, mise en scène par Jean-Louis Thamin au théâtre Silvia Monfort. Diplômée en art Lyrique, elle a également mis en scène 2 opéras : « les noces de Figaro » de Mozart et « il Mondo de la Luna » de haydn. Depuis 2011, elle se forme à l’art Thérapie à l’institut inécat de Paris et travaille le Théâtre comme média, avec des personnes en mal être ou souffrant de handicap.

Kaori Ito chorégraphie pour la danse, née à aichi au Japon, Kaori ito étudie le ballet classique dès l’âge de cinq ans avec Maître Syuntoku Takagi. a 18 ans, elle est reconnue comme meilleure jeune danseuse et chorégraphe par le critique Ryouiti eno- moto. en 2000, Kaori ito part aux etats-Unis pour intégrer la section danse de l’Université Purchase de l’etat de new York et de retour au Japon, elle obtient, en 2003, un diplôme de sociologie et d’éducation à l’Université de Saint-Paul à Tokyo. La même année, elle obtient une bourse et repart à new York dans le cadre du Programme d’etude international pour les artistes du gouvernement japonais. elle étudie à l’alvin ailey Dance Theater. De 2003 à 2005, elle tient le premier rôle dans la création de Philippe Découflé, « iris », et intègre le Ballet Preljocaj (Centre Chorégra- phique national d’aix-en-Provence) et travaille sur « Les 4 saisons » d’angelin Preljocaj. en 2006, elle danse dans « au revoir Parapluie » de James Thiérée et continue sa collabora- tion avec lui sur « Raoul » et « Tabac Rouge ». en 2008, Kaori ito assiste Sidi Larbi Cherkaoui pour le film « Le bruit des gens autour » avec Léa Drucker et travaille de nouveau avec lui en tant que soliste dans l’opéra de guy Cassiers, « house of the sleeping beauties ». Cette même année elle crée sa première produc- tion, « noctiluque », au Théâtre de Vidy-Lausanne. elle se charge également de la cho- régraphie du spectacle « Looking for Mister Castang » d’edouard Baer. en 2009, Kaori ito présente sa création « Solos » qu’elle recrée à la biennale de Lyon en 2012. « island of no memories » naît en 2010 lors du concours « (Re)connaissance » et obtient le premier prix. Ce spectacle sera sélectionné pour le pro- gramme « Modul-Dance » du Réseau eDn (european Dance network), qui soutient pour deux ans la création de ses projets person- nels. en 2011, elle danse et collabore avec Denis Podalydès pour « Le Cas Jekyll 2 » et continue avec lui comme chorégraphe pour « Le Bourgeois gentilhomme » de Molière et « L’homme qui se hait » d’emanuel Bourdieu et prépare une nouvelle collaboration avec lui sur « Lucrèce Borgia » de Victor hugo pour la Comédie Française. avec « Plexus », créé en 2012 au théâtre de Vidy-Lausanne, aurélien Bory consacre à Kaori un portrait, dont elle co-signe la chorégraphie. après avoir dansé et collaboré avec alain Platel sur le spectacle « Out of Context-for Pina » (2010), Kaori ito écrit actuellement sa nouvelle création « asobi », produite par les ballets C de la B. www.kaoriito.com

Seiline Vallé chorégraphie aérienne / Comédienne et acrobate aérienne, elle joue régulièrement au théâtre depuis son jeune âge. après une formation classique au Stu- dio 34 et avec Max naldini, elle découvre le théâtre de rue, le clown et la commedia dell’arte avec el Teatro nucleo, Jacques ha- djaje et Luis Jaime Cortez. en 1993-94, elle joue ania dans « La Cerisaie » avec Marie- Christine Barrault et Thierry Frémont. De 1999 à 2001, elle retourne à l’école et suit la formation de l’École internationale de Théâtre Jacques Lecoq à Paris. Parallèlement, elle rencontre le trapèze fixe et le tissu aérien auxquels elle est initiée et for- mée par Lili Dehais, Zoé Maistre, Samuel Jor- not. elle pratique en allemagne, en angleterre, en France, en République Tchèque, en Chine, au Japon… au théâtre, elle travaille dans des registres très différents : le classique (T. Williams, Molière, a.P. Tchekhov…), le contemporain (R. Pou- dérou, V. Sorokine), mais aussi le théâtre visuel et physique. elle joue notamment sous la direction de Jacques Connort, J.P Loriol, Philippe Maurice, Cécile Borne, Véronic Joly, Jacques Rosner…a partir de 2002, elle travaille en collaboration avec Divadlo Continuo, compagnie tchèque, sur plusieurs créations. en 2007, elle fonde à Prague la compagnie Décalages – Théâtre en Mouvement, dont les créations se jouent en europe. en 2013, elle est l’assistante d’Yvo Mentens pour un spectacle de clown au CnSaD. enfin, elle partage sa démarche artistique qui mêle cirque et théâtre en inter- venant comme pédagogue et chorégraphe de jeu aérien. www.decalages.eu

Le Théâtre du Cristal Fondé en 1989, le Théâtre du Cristal, sous la direction artistique d’Olivier Couder, a créé une quinzaine de spectacles d’auteurs contemporains. Dont « Lointain intérieur » sur des textes d’henri Michaux, « Le dernier cri » sur des textes de Don Dhuyns, Fichet, Couder, « Catalina in Fine » de Fabrice Mel- quiot, , « O ! » spectacle de clowns avec eric Morin-Racine, « Dramaticules » de Samuel Beckett, « Un riche, Trois pauvres » de Louis Calaferte… joués sur les scènes françaises et européennes. il ouvre de nouveaux champs artistiques avec des comédiens en situation de handicap ou non handicapés avec qui il travaille. Ses spec- tacles affirment une esthétique singulière née de la confrontation des formes brutes créées par ces comédiens irréguliers avec les codes et les références du théâtre contemporain. Depuis 2004, grâce à un partenariat avec l’etablissement et Service d’aide par le Travail « la Montagne » de Cormeilles en Parisis, le Théâtre du Cristal est une troupe permanente de quinze comédiens en situation de handi- cap travaillant avec des équipes artistiques (comédiens, metteurs en scène, artistes for- mateurs, décorateurs…). il mène une action culturelle intense auprès de publics variés handicapés et non handicapés : scolaires, étudiants, institutions médico sociales… en 2011, le Théâtre du Cristal fonde un Pôle art et handicap qui a pour mission de garantir le droit à la pratique culturelle de leur choix pour les personnes en situation de handicap sur le département du Val d’Oise et la région parisienne. Le Pôle art et handicap se donne comme objectif de permettre à chacun d’exer- cer sa citoyenneté, de participer à la vie en société, d’accéder à des cultures communes, de partager, d’échanger. Le Pôle art et han- dicap co-organise, avec une dizaine de lieux culturels dont L’apostrophe scène nationale de Cergy Pontoise et du Val d’Oise et avec le soutien du Conseil général du Val d’Oise, un festival mêlant art et handicap intitulé « Viva la Vida » dont la seconde édition se déroulera du 29 septembre au 18 octobre 2014. www.theatreducristal.com http://www.haarp.fr/esat.h

avec les comédiens du Théâtre du Cristal en partenariat avec l’ESAT la Montagne : Yoram gué, Trang Lam, Marie Colin, Sté- phane guérin, Frédéric Payen, nathanaël Favory, Thomas Caspar, Christelle Journet, Coralie Moreau, Stéphane Brunier, nadia Sa- dji, Léonie Tisserand, Stiva Michaux Paterno

Delphine Jungman • rôle de Blanche-neige, a grandi en région parisienne, après avoir suivi un cursus en danse classique, contemporaine et jazz aux conservatoires de Vincennes et Saint Mandé, elle se forme au sein de la compagnie de l’école arts en Mouvements à Vincennes. elle passe deux ans à l’école anne Marie Porras à Montpel- lier et au Cefedem de Rouen en formation au diplôme d’etat de professeur de danse. Suite à son obtention, elle part pour Londres où elle découvre le physical theatre. en 2010, elle entre en apprentissage à la Kibbutz Contem- porary Dance Company en israël. elle rejoint l’année suivante la Kolben Dance Company à Jérusalem. elle a ensuite tourné avec un solo engagé dans le mouvement sur la visi- bilité de la femme à Jérusalem. en parallèle, depuis 2010, elle chorégraphie et danse avec son groupe hnhD qui s’est produit à présent dans de nombreux festivals en israël, Suisse et Belgique. Delphine continue de s’entraîner auprès de compagnies telles que la Compa- gnie C de la B, Ultima Vez, Batsheva, Robyn Orlin… et poursuit sa recherche chorégra- phique en donnant également des ateliers.

Jody Etienne • rôle du Prince, Danseur, chorégraphe, Jody etienne est ori- ginaire de l’ile de la Réunion. il y découvre les danses urbaines à l’âge de 17 ans. en 2003, il décide de se former aux métiers de la danse et quitte sa terre natale. C’est à Montpellier, sous la direction d’anne-Marie Porras, qu’il suit une formation d’interprète et de péda- gogue. Son parcours se construit dès lors entre interprétation, enseignement et choré- graphie. Ses expériences artistiques auprès de chorégraphes, de metteurs en scène et de musiciens lui permettent de multiplier les ap- proches du corps et sont alors déterminantes dans sa vie de danseur. en 2006, Jody etienne débute en tant que figurant-danseur à l’Opéra national de Montpellier avec Callirhoé et Cy- rano Bergerac. il devient aussi interprète pour Claude Brumachon et Benjamin Lamarche au Centre Chorégraphique national de nantes avec deux pièces : « Festin » et « Phobos » de 2006 à 2008. À aurillac, il collabore pour la pièce « Quand j’étais humain » de la compa- gnie Vendetta Mathea & Co. Simultanément, et ce pendant trois ans, il performe au sein du Batik Soundpainting Orchestra sous la direc- tion d’eric Chapelle. en 2012, il intègre le Bal- let Jazz art sous la direction artistique de Raza hammadi pour la pièce « Danse Jazz Mix » en collaboration avec les chorégraphes nicolas Cantillon et Laurence Yadi. en 2013, il rejoint le musicien antoine Bataille pour le projet « Rhapsodies Bâtardes ». en 2014, Simon Le Douaré, metteur en scène brestois de la com- pagnie hiatus, fait appel à lui pour la pièce « Stock Options ». Depuis 2009, en parallèle de son parcours d’interprète, il commence à chorégraphier ses premières pièces. « Fler Maler », « nou Lé Ke Passagers » et « Samn Ou » sont ses premières créations signées au sein de la compagnie in ninstan.

Patricia Zehme • rôle de La Sorcière, Patricia Zehme, diplômée du Conservatoire national Supérieur de Musique de Mayence (allemagne) et de « l’academie fuer Tonkunst », Darmstadt en tant qu’artiste Lyrique. elle a étudié le chant avec gertie Charlent, l’art dramatique avec Dr. Ulrich Peters et Karin Mauksch et la direction d’orchestre et de chœur avec Sergiu Celibidache. Semi fina- liste au Concours international de Chant « Belvédère » à Vienne (autriche) elle gagne le concours « Richard Wagner » et une bourse de l’ « Ost-West intern. Musikakademie ». elle chante comme soliste les Messes de Mozart, Bach et Mendelssohn à la Cathé- drale de Frankfort et donne des récitals dans plusieurs pays. elle débute comme soprane lyrique à l’Opéra de Darmstadt, Mayence… dans les rôles de comtesse almaviva, elvira, Fiordiligi, Pamina, Micaela, Mimi et Leonore, et poursuit ses études de chant avec Corne- lius Reid à new York. en France elle donne des récitals au Théâtre des amandiers, nan- terre, au Théâtre Beaumarchais, amboise et dans plusieurs salles de concerts à Paris. Des rôles en tant que chanteuse lyrique et/ ou comédienne suivent : « Jonas Orphée », dirigé par D. houdart et« L’homme qui rit » (Festival théâtral du Val d’Oise), « Pas Moi », S. Beckett, deux films et d’autres spectacles du Théâtre du Cristal, dirigé par Olivier Couder. elle collabore à la mise en scène depuis 2001 dans les spectacles du Théâtre du Cristal et débute en tant que metteur en scène avec « architruc », R. Pinget à la Scène nationale L’apostrophe (Cergy), suivie par « hier, c’est mon anniversaire », e. Durif, « Le Bus 32 » (Festival théâtrale de Chalons sur Saône), « Jonas Orphée », P. Dubost et « Mots et Cir- constances ». Comme Professeur de théâtre (l’Université Paris Viii et Cergy, Classes ULiS du Val d’Oise, «Les arts de la Scène» iM Pro argenteuil et iMe de Franconville et d’herblay) elle obtient avec le Théâtre du Cristal pour ses interventions hebdomadaires auprès des per- sonnes en situation d’handicap psychique/ mental et des autistes le Prix OCiRP en 2008.

Patricia Attal • différents rôles, en 2010, Patricia attal participe au Festival du Futur Composé et joue dans « Un Mahabha- rata » mise en scène de Vincianne Regatierri. Formée par le Théâtre du Cristal pendant deux ans, elle intègre ensuite la Chorale d’aL dirigée par Catherine Boni. Chérubin est son premier rôle chanté dans les « amants de Séville », toujours dans le cadre du Festival du Futur Composé en 2012.

Jean-Baptiste Manessier • décors & accessoires, après des études secondaires à Paris, Jean- Baptiste Manessier entre en 1957 à la Comé- die de Saint-etienne afin d’étudier, sous la direction de Jean Dasté, les différentes dis- ciplines du théâtre. Opte finalement pour la scénographie. Depuis 1962, il conçoit des maquettes de décors et costumes pour le théâtre, les marionnettes, le cinéma, le bal- let, l’opéra, notamment pour des spectacles mis en scène par Jean Dasté, Catherine Dasté, georges Wilson, Chattie Salaman, Pierre Vial, armand gatti, antoine Vitez, alain Recoing, Bruno Castan, Joëlle Rouland, alain Mollot, Daniel Soulier, grégoire Cailles, Michel Rostain, Michel Jarry, Yvan Rialland, Claude Montagné, Jean-François Matignon. il est concepteur de décors pour le Théâtre du Cristal – Olivier Couderc depuis de nom- breuses années (Catalina in fine, Le dernier cri, Dramaticules…).

Philippe Varache • costumes, après des études à l’ecole nationale Supé- rieure d’art Dramatique de Lille, il joue beau- coup au théâtre à raison de plusieurs pièces par an. Parallèlement, attiré par l’ensemble des corps de métiers de la profession, il passe de l’autre coté en se mettant à la mise en scène, à la scénographie, au costume. Le conte en tant que parole à peine théâtra- lisée lui propose également un autre champ d’action. Depuis plus de trente ans il a animé diffé- rentes compagnies avant de créer la sienne : Tabarmukk. Il cumule ces différentes disciplines et après avoir enseigné le costume de spectacle à l’a.T.e.C. (école placée sous le patronage d’Yves Saint Laurent), il reprend la direction de cette formation et son administration au sein de Tabarmukk. Une grande part de son temps est consacrée à apporter une approche artistique à des pu- blics sans accès à la culture (prison, hôpitaux, écoles en milieu défavorisé…). il mène des partenariats fréquents avec des personnes en situation de handicap. il intervient aussi régu- lièrement en entreprise en participant à l’ani- mation de séminaires. Philippe Varache a travaillé ces dernières années avec gilles Langlois, Carlotta Clé- ricci, Mitch hooper, hubert Benhamdine, Oli- vier Couder, anne Coutureau, Jean-Claude Seguin, Jean-Luc Borras, Bruno de la Salle, Jacques Décombe, eric Morin-Racine . . .

Tabarmukk a pour but d’organiser, de parti- ciper ou de co-produire des manifestations à caractère culturel tel que des spectacles, des visites, des conférences, des animations, des ateliers, des cours. Ces manifestations sont proposées à des publics ayant des difficultés d’accès à une culture vivante ou active pour quelque raison que ce soit. Tabarmukk les rencontre dans les hôpitaux, les prisons, les résidences de personnes âgées, les foyers de travailleurs immigrés, d’étudiants . . . Tabarmukk propose une formation de costu- miers de spectacles. Remerciements à Evelyne Guillin, costumière, à Farid Paya, Joseph Di Mora du Théâtre du Lierre et aux ateliers Caraco

Dominique Massa • bande son & enregistrement, Son parcours est hétéroclite, formé à la mu- sique instrumentale dès son plus jeune âge (piano, clarinette) il découvre l’art dramatique et l’adapte à son univers musical. L’évolution de la MaO (musique assistée par ordinateur) lui permet de composer avec un instrument sur mesure et de le dépayser parfois sur scène au service d’une écriture sonore. il a composé et joué pour France Culture, France inter, La Maison de la Poésie, Le nouveau Théâtre d’anger, le CnDP La 5ème, France 3, le Label de Musique naïve… il travaille actuel- lement sur un projet multimédia : « eRODDO » au sein d’un collectif dont la ligne directrice est le cut-up musical et textuel ; cela lui permet d’imaginer un instrument électro-acoustique dont la multidiffusion crée une scénographie qui permet au public une appropriation de l’idée et de l’émotion et un rapport physique à la forme qui veut les exprimer.

Marie Hélène Pinon • création lumières, Créatrice lumière pour le théâtre et la danse, mais aussi au cirque et à l’opéra, Marie hé- lène Pinon collabore avec notamment Pierre guillois, Laura Scozzi (« La Flûte enchantée » à l’opéra de Bordeaux), le clown-physicien nor- bert aboudarham, Christian Bourigault, Fellag (« Tous les algériens sont des mécaniciens » au théâtre du Rond-Point), Jean-Claude Brialy, arlette Tephany, et les scénographes Philippe Marioge, Claude Lemaire, Catherine Bluwal, Sophie Jacob… et tout récemment pour «La Visite de La Vieille Dame» au théâtre du Vieux Colombier, et la dernière création de Pierre guillois «Bigre» au Quartz à Brest.En 2009, elle a obtenu le Molière de la créa- tion lumière pour «Le Diable Rouge» d’antoine Rault. elle a créé les lumières de «Catalina in Fine» et «Lointain intérieur», précédents spectacles du Théâtre du Cristal.

Ydir Acef • régie générale, a débuté en 1991, en tant que ré- gisseur lumières au théâtre du Lucernaire. il collabore ensuite avec le Théâtre du Tourtour de 1995 à 1998 puis avec le Forum culturel du Blanc-Mesnil à partir de 1999. il comprend le rôle et l’importance de la Lumière, dans un spectacle, auprès d’éclairagistes reconnus (Joel hourbeigt, Philippe Lacombe, Mohamed Maaratie). Sur les spectacles qu’il éclaire, de- puis 1997, avec les compagnies acta-agnès Desfosses, Carpe Diem, Le Chiendent, 6TD, il conçoit ses lumières comme un reflet fidèle des mises en scène ou des chorégraphies. De 2006 à 2009, il est assistant lumières de Laurent Schneegans (Cie Post-Retroguardia / Paco Decina) pour «Fresques» et «indigo» (Théâtre de la cité internationale). en parrallèle, il tourne avec plusieurs compagnies dont la diversité des projets enrichit son expérience : Cie Minus et Cortex («Repas des Fauves», 3 Molières) / lrcam et l’ ensemble intercon- temporain de La Villette (Opéra «hypermusic») / Karpatt (Chanson française) / nicolas Can- teloup (humour) / Cie a.M.K (Marionnettes) / Théâtre de la Vallée / gérold Schumann. il collabore avec le Théâtre du Cristal, en tant que régisseur lumières et général, depuis la création de «Lointain intérieur» en 2012.




LES METTEURS EN SCÈNE

Olivier Couder  sera le metteur en scène du spectacle  Blanche Neige au Théâtre Monfort
Directeur artistique, metteur en scène et comédien

Après une formation de psychologue clinicien et une formation de comédien, Olivier Couder  à fondé le Théâtre du Cristal en 1989. Il joue et met en scène de nombreux spectacles sans lien avec l’univers ou la problématique du handicap, puis il entreprend en 1989 un travail d’animation dans un foyer de personnes handicapées mentales. Cette rencontre décisive avec les comédiens en situation de handicap le conduit à travailler de plus en plus fréquemment avec eux jusqu’à devenir son activité essentielle.

Depuis 2004, le Théâtre du Cristal travaille avec l’E.S.A.T La Montagne et gère un atelier professionnel dans lequel quinze personnes en situation de Handicap travaillent à plein temps. Il a mis en scène la plupart des spectacles de la compagnie, dont « Catalina in fine » de Fabrice Melquiot » en 2011 et  « Le dernier cri » à partir de textes de Calaferte, Don Duyns, Fichet, Couder…« Dramaticules » de Beckett, « Hier,c’est mon Anniversaire » d’Eugène Durif, « Un riche, Trois pauvres » de Louis Calaferte… Il travaille avec le Futur Composé depuis sa création en 2000.

www.artsenfolies.org/theatreducristal/‎

Johanna Boyé sera le metteur en scène des animations / Parcours à l’Académie Fratellini

Comédienne, auteur, metteur en scène et directrice de la Cie Les Sans Chapiteau fixe

Agée de 30 ans, Johanna Boyé conjugue depuis plusieurs années la triple activité de comédienne, metteur en scène et professeur de théâtre. Formée chez Véronique Nordey, puis aux Ateliers du Sudden, elle a suivit l’enseignement et le travail de nombreux metteurs en scène dont Nicolas Lormeau, Benoit Lavigne, Jean Pierre Garnier, Raymond Acquaviva, et enrichi son expérience de leurs diverses approches. Avec sa compagnie, Les Sans Chapiteau Fixe, elle a mis en scène plusieurs spectacles dont le Café des jours heureux ((Théâtre13, Avignon Off 2007), Le Diable en Partage (Théâtre 12, Théâtre de Vanves, 2009), Hugobert et Michelin (Avignon Off 2012) et Frous Frous, cabaret de bonnes femmes fatales (Point Virgule 2013). En juin 2013, elle a gagné le premier prix des jeunes metteurs en scène au Théâtre 13. Son expérience professionnelle s’est élargie vers l’international, en travaillant à Buenos Aires et à Ramallah, et s’est enrichie d’expériences dans le théâtre social en assistant Tristan Petitgirard dans la mise en scène d’un opéra-théâtre réalisé avec de jeunes autistes (Futur Composé) au Théâtre Monfort.

Parallèlement à son activité artistique, elle a été amenée à enseigner le théâtre auprès de publics variés (danseurs, médiateurs sociaux, jeunes de la Protection Judiciaire de la Jeunesse et les enfants d’un camp de réfugiés).

www.les-sans-chapiteau-fixe.fr/spip.php?rubrique10‎

Inauguration et clôture

INAUGURATION /  à l’Hôtel de Ville de Paris

Véronique DUBARRY / Adjointe au Maire de Paris Chargée des Personnes en Situation de Handicap

« Le terme Futur Composé sonne comme l’annonce de la société telle qu’on veut la construire : enthousiaste et inclusive, faisant de ses différences une force. Aussi, je suis très fière d’accueillir l’ouverture du festival à l’Hôtel de Ville. Le thème et les lieux choisis cette année augurent de belles rencontres entre un public et des artistes qui se côtoient chaque année un peu plus … et c’est bien notre souhait à tous que cette programmation soit prétexte à la mixité des publics. Aussi, je remercie celles et ceux qui contribuent au quotidien à faire de ce projet une réalité, qu’il s’agisse des professionnels, des partenaires et lieux de diffusion ou des artistes, je me joins à eux pour souhaiter, après 10 ans déjà, une longue vie au festival« .

Le Collectif Astéréotypie est un projet éducatif et artistique de « spoken words » impliquant des jeunes autistes accueillis dans un institut Médico Éducatif de la Région parisienne. A travers leurs textes écrits tantôt individuellement, tantôt collectivement, ils évoquent leurs univers, leur « folie », leurs craintes dans les poèmes exprimés sur un ton franchement décalé aux qualités esthétiques indéniables. Les textes, parfois durs, parfois drôles, sont déclamés sur un fond sonore aux influences morriconiennes entre une musique de chambre électrique et un post rock acoustique. http://astereotypie.bandcamp.com Stephan Durant, président du collectif Astéréotypie et directeur de l’I.M.E Bourg la Reine

CLOTURE du Festival : Conseil régional d’Île-de-France

Jean-Paul HUCHON / Président du Conseil régional d’Ile-de-France

« En seulement quelques éditions, le Festival du Futur Composé s’est durablement installé parmi les autres festivals alors qu’il n’était pas évident de lancer une telle initiative. Pendant quelques jours, l’émotion est au rendez-vous. Les spectateurs ont la chance de participer à une aventure humaine exceptionnelle, faite de partages, de surprises et de générosités. Cette aventure permet aussi de bousculer les préjugés et les a priori. Elle permet enfin à des personnes autistes de recevoir et de donner beaucoup. Chaque soir, sur scène, ils prouvent qu’ils sont capables de déployer des talents incroyables. C’est pour toutes ces raisons que je suis très fier d’associer la Région Ile-de-France à ce beau projet. Vivre ensemble n’est pas un slogan. Cela doit être une ambition collective. Sachez que la Région Ile-de-France y prendra toute sa part. Parce qu’on n’est jamais aussi fort lorsqu’on sait additionner ses différences ».

Concert des Vives Voix & de l’Ensemble Calliopée

Un Voyage de la Chanson à l’Opéra, composé d’extraits d’opéras du baroque au romantisme (J.B.Lully, J.P.Rameau, W.A.Mozart, G.Verdi, L.Delibes) et de chants polyphoniques du compositeur Stéphane Leach.

Le Choeur des Vives Voix est dirigé par la mezzo-soprano Catherine Boni

et accompagné par les musiciens de l’Ensemble Calliopée :

Karine Lethiec, alto et direction artistique de l’Ensemble Calliopée

Anne-Cécile Cuniot, flûtiste

Frédéric Lagarde, pianiste

Les Vives Voix réunissent des chanteurs avec autisme ou souffrant de Troubles Envahissants du Développement, des chanteurs atteints de handicap psychique et/ou mental ainsi que leur encadrants et/ou éducateurs accompagnés d’autres chanteurs de divers horizons. Elles sont formées et dirigées par la mezzo-soprano et pédagogue de la voix Catherine Boni.

Elles rassemblent pour cette prestation des chanteurs des ateliers chant des Instituts Médico-Educatifs Jeune Appédia (Châtenay-Malabry 92), Alternance Bourg la Reine (92), Alternance Paris (75) et Cour de Venise (Paris 75) ; et des Foyer d’Accueil Médicalisé Alternat/ Alternote (Antony 92), Le Cèdre Bleu (Chaville 92), La Coudraie (Pomponne 77) ; et des chanteurs de l’Ensemble vocal A Fleur de Voix (45).

Les Vives Voix reçoivent le soutien du département Musique et Handicap de l’Ensemble Calliopée soutenu par la DRAC d’Ile-de-France Ministère de la Culture et de la Communication, par la Fondation Réunica Prévoyance sous l’égide de la Fondation de France et par Entreprendre pour Aider. Les associations Chant Plein Vent Musicavoz et A Fleur de Voix s’associent régulièrement aux projets des Vives Voix. L’association  Trampoline Caméra œuvre au soutien de certains ateliers chant.

PARCOURS DES VIVES VOIX Depuis 2002, l’artiste lyrique et pédagogue de la voix, Catherine Boni intervient au sein d’ateliers chant dans diverses institutions accueillant de jeunes autistes et leur permet de participer régulièrement aux manifestations du Futur Composé. En 2006, elle crée le concert « Voyages de Vives Voix » qui s’élance vers des destinations et des rencontres magnifiques : Séville en 2006, Prague en 2009, Rabat au Maroc en 2011 / rencontres et partages avec le compositeur Stéphane Leach depuis 2004, l’Ensemble Calliopée depuis 2008, avec le baryton Laurent Naouri depuis 2010, avec les metteurs en scène des spectacles du Futur Composé Vincianne Regattieri (2008 et 2010) et Tristan Petitgirard en 2012,…

La rencontre avec l’Ensemble Calliopée sous la direction artistique Karine Lethiec, s’est faite grâce au Festival du Futur Composé 2008 au Théâtre Monfort. Ont suivi des partages communs : l’enregistrement d’un CD en 2008, un film documentaire « La Vie d’Autistes » réalisé par Olivier Segard en 2009, le concert salle Gaveau en octobre 2010 et des concerts à Rabat en juin 2011 au Théâtre National Mohammed V et à la Fondation pour le Handicap Mohammed VI dans le cadre d’un colloque franco-marocain sur l’autisme. En 2012, l’Ensemble Calliopée et le Musée de la Grande Guerre à Meaux invite les Vives Voix pour plusieurs concerts, ils participent ensemble au spectacle du Futur composé 2012 « Les Amants de Séville » et à la Clôture du MEO de la Ville de Paris au Musée du Quai Branly. En 2013, l’association Ensemble Calliopée crée le département Musique et Handicap sous la responsabilité de Karine Lethiec et de Catherine Boni, s’en suivent la participation aux Trophées de l’Accessibilité au Théâtre de la Porte St Martin à Paris, à la soirée AMOC à l’Opéra Comique, à la Nuit Blanche à Paris avec l’association A Cœur Voix à l’église des Blancs Manteaux.  En 2014, de tout prochains concerts vont avoir lieu au Musée de la grande Guerre les 6 et 7 avril pour la Journée nationale Tourisme et Handicap, à l’Opéra Comique le 18 juin pour la soirée AMOC. Ce précieux partenariat, contribue à l’avancée des Vives Voix sur le chemin d’un épanouissement de ces chanteurs au travers d’une exigence de qualité musicale et vocale qui rassemble, canalise et permet le partage des émotions avec un public.

Animations

« Le mirage des forains »

PARCOURS SPECTACULAIRE + EXPOSITION

À L’ACADÉMIE FRATELLINI

Dimanche 22 Juin de 14h à 18h / entrée libre sur réservation

La première fois que j’ai travaillé pour le Futur Composé, sous la direction de Tristan Petit Girard lors du spectacle « les Amants de Séville » (édition 2012), j’ai pu mesurer le sens qu’avait pour moi de mettre en scène l’univers atypique et inattendu des autistes.

Aussi quelle n’a pas été ma joie d’être contactée par Gilles Roland Manuel pour entreprendre le projet ambitieux d’envahir l’Académie Fratellini, le temps d’une journée avec un spectacle itinérant mêlant artistes, circassiens et jeunes autistes.

Le pari étant de mettre en scène un parcours et une déambulation qui se construira autour des jeunes autistes et de leurs possibilités d’interactions avec le public.

Mon idée est de donner place aux richesses et aux qualités de ces jeunes et de sortir leurs œuvres d’un cadre institutionnel.

Comme parti pris je choisis d’évoquer le chemin à mener vers l’autisme pour le rencontrer, le regarder à travers le prisme de la réalisation artistique.

J’imagine un parcours pour le public aux allures tantôt de chasse au trésor, tantôt de train fantôme, à travers les différents univers que suggère Blanche Neige et l’univers du Cirque : le sacré et le profane, le clair et l’obscure, l’initiation, le miroir, les créatures fantasmagoriques, l’étrange et le merveilleux que l’on retrouvera dans les 4 espaces suivants:

– Le Petit Cabaret : La chambre des Miroirs est dédiée au personnage de la Reine = Epreuves en tout genre.

– Le Train Fantôme : Obscurité, installations «  Grand Guignol », Ambiance inquiétante.

– Le Grand Chapiteau : Espace merveilleux de Rêve / Spectacle poétique / Cirque

– Le Tripot des Magiciens : Espace d’attente. Lieux  des arts forains : jeux, magie, diseuse de bon aventure, charmeuse de serpent, concert… et petite restauration

Les 20 institutions spécialisées, que je rencontre, chaque jour, travailleront avec des compagnies professionnelles et avec les élèves apprentis de l’Académie Fratellini dans l’objectif de vous présenter et de vous perdre dans Le Mirage des Forains.

Johanna Boyé / metteur en scène

Les artistes


Johanna Boyé -metteur en scène « Le mirage des forains » à l’Académie Fratellini- Comédienne, auteur, metteur en scène et directrice de la Cie Les Sans Chapiteau fixe : Agée de 30 ans, Johanna Boyé conjugue depuis plusieurs années la triple activité de comédienne, metteur en scène et professeur de théâtre. Formée chez Véronique Nordey, puis aux Ateliers du Sudden, elle a suivit l’enseignement et le travail de nombreux metteurs en scène dont Nicolas Lormeau, Benoit Lavigne, Jean Pierre Garnier, Raymond Acquaviva, et enrichi son expérience de leurs diverses approches. Avec sa compagnie, Les Sans Chapiteau Fixe, elle a mis en scène plusieurs spectacles dont le Café des jours heureux ((Théâtre13, Avignon Off 2007), Le Diable en Partage (Théâtre 12, Théâtre de Vanves, 2009), Hugobert et Michelin (Avignon Off 2012) et Frous Frous, cabaret de bonnes femmes fatales (Point Virgule 2013). En juin 2013, elle a gagné le premier prix des jeunes metteurs en scène au Théâtre 13. Son expérience professionnelle s’est élargie vers l’international, en travaillant à Buenos Aires et à Ramallah, et s’est enrichie d’expériences dans le théâtre social en assistant Tristan Petitgirard dans la mise en scène d’un opéra-théâtre réalisé avec de jeunes autistes (Futur Composé) au Théâtre Monfort. Parallèlement à son activité artistique, elle a été amenée à enseigner le théâtre auprès de publics variés (danseurs, médiateurs sociaux, jeunes de la Protection Judiciaire de la Jeunesse et les enfants d’un camp de réfugiés). www.les-sans-chapiteau-fixe.fr

Vanessa Sanchez – assistante à la mise en scène – Formée directement au sein de la Compagnie Etincelles à Aubervilliers, dont elle est actuellement la déléguée artistique. Elle a suivi plusieurs stages de formation professionnelle auprès de Coline Serreau, Alain Reynaud et Françoise Merle (clown), Jean-Pierre Meyran (chant), Norman Taylor (professeur à l’école Lecoq), Jaqua Guillou (travail du masque de Mario Gonzalez) et Ali Ihsan Kaleci et Thomas Richard (du Work Center Jerzy Grotowski). Elle a joué dans de nombreuses pièces dont récemment « Le Diable en Partage » de Fabrice Melquiot mis en scène par Johanna Boyé, « La Mégère Apprivoisée » de Shakespeare mis en scène par M.M. Lozach’ et « Nous avons toutes la même histoire » de Franca Rame et Dario Fo mis en scène par Emmanuel Leckner. Elle s’est spécialisée dans le théâtre de rue en pratiquant notamment les échasses et la manipulation de marionnettes géantes avec les Cies L’Arbre à Nomades, Les Grandes Personnes, La Belle Zanka, Les Géants, Le Caramantran, Cavaluna… Aujourd’hui, elle se tourne de plus en plus vers la mise en scène. Avec la compagnie des Sans Chapiteau Fixe, elle a récemment monté un spectacle jeune public « Il était une fois… et après ?! » et avec Etincelles, « Non c’est non ! » et le « Cabaret des Filles Difficiles ».

Elise Noiraud – assistante à la mise en scène – A suivi les cours d’art dramatique des « Ateliers du Sudden », sous la direction de Raymond Acquaviva, ainsi que ceux de la « Classe du Lucernaire », avec Roch-Antoine Albaladéjo. Elle a complété sa formation de comédienne par des stages avec, entre autres, Jacques Vincey (à la Comédie de Béthune), les Chiche Capon, et l’Ecole Française d’Improvisation Théâtrale. Passionnée par la recherche, elle est titulaire d’un Master 2 en Etudes Théâtrales à la Sorbonne-Nouvelle, ainsi que d’une licence de Lettres Modernes. En tant que comédienne, elle a joué dans Henri V de Shakespeare, L’Opéra de Quat’sous de Brecht, La Double Inconstance de Marivaux, Les Monstres, de Dino Risi, Italienne Scène de Jean-François Sivadier, ou encore Les Contes du Chat Perché de Marcel Aymé. Elle a aussi participé à plusieurs projets de théâtre « hors les murs », notamment du théâtre forum en Seine-St-Denis, et un spectacle déambulatoire dans les jardins de Versailles. Récemment, on l’a vue dans Le Cas de la Famille Coleman, de Claudio Tolcachir, un spectacle mis en scène par Johanna Boyé, et qui a gagné en juin 2013 le prix Théâtre 13-Jeunes Metteurs en Scène. Elle est également l’auteur et l’interprète d’un spectacle seule-en-scène intitulé ELISE (Chapitre 1: La Banane Américaine), qui a été repris en 2013 pour 60 dates au Théâtre de Belleville, après avoir été lauréat du festival ICI&DEMAIN en 2012. Tour à tour comédienne, auteur, metteuse en scène, animatrice d’ateliers théâtre pour enfants et ados et rédactrice pour Les Trois Coups, Elise vit le théâtre avec passion et engagement.

Mélisande de Serres, costumière : « Diplômée de l’école de la chambre syndicale de la couture parisienne en juin 2003, elle fait ses premiers pas dans l’univers du costume à l’Opéra Garnier. Depuis 2004 elle a, entre autres, créé et réalisé les costumes des pièces « Miracle en Alabama » de W.Gibson m.e.s B. Budan. « Shopping & Fucking » de  Marc Ravenhill m.e.s de F. Victor & B. Budan. « Le Cid » de Corneille m.e.s de B. Budan. « l’Illusionniste » de Guitry m.e.s par T. Petitgirard. « Le repas des fauves » de Vahé Katcha  m.e.s J Sibre récompensé par 3 molières. « Les Amants de Séville » de G. Rolland Manuel dans le cadre du Futur Composé. « La danse Immobile » de C. Célarié spectacle autour de la maladie de Charco. Elle fait partie de l’Association « Collectif-court » qui aide à la réalisation de court-métrage. »

Andres Sequera, Batteur, percussionniste, cuatriste, Andres Sequera vient du Venezuela. A Caracas, il a joué au sein de nombreux groupes reconnus au niveau national, tels que La Redonda, Las Palmeras Kanibales, Musikalia, et a assuré notamment les premières parties de Manu Chao, Calle 13, Eddie Palmieri. Installé à Paris depuis un an, il accompagne Elodie Milo autant sur scène que sur l’ensemble du processus de création de l’album « Raiz », et joue également au sein du groupe « Cumbia Bamba ».

Christophe Hardy, Comédien masqué ou non, Christophe Hardy aime a créer des ponts entre les techniques scéniques, du jeu masqué, de la danse et les arts de rue. Sa formation au cours Florent, puis au conservatoire National de Région Cergy Pontoise, son engagement dans de nombreuses créations, en salle et en rue, il est également échassier,  lui confère une solide expérience du jeu théâtral fondée sur l’écoute, le sens du mouvement, du texte et des silences. Christophe Hardy a joué Molière, Shakespeare, Jules Renard…, sous la direction notamment d’Hubert Jappelle (théâtre de l’Usine Eragny 95) « L’histoire du soldat »  Stravinski et Ramuz, « La station Chambaudet » Labiche, « La controverse de Valladolid » Jean Claude Carrière, « Le malentendu » Camus. En théâtre contemporain, nous le retrouvons dans « Aujourd’hui plus que jamais », « Cœur de cible » Agnès Marietta et encore en théâtre masqué, où il incarne Prospero dans « La Tempête » ainsi que « Candide » d’après Voltaire au sein de la cie Zefiro (92). Christophe Hardy est également intervenant en ateliers d’initiation en jeu masqué auprès d’un public adolescents et adultes.

Clémentine AZNAR, Formée à l’école Ange Magnétic Théâtre dirigée par Antoine Campo, Clémentine Aznar est comédienne et performeuse. Co-auteur et comédienne du spectacle Une Nuit je te dirais (danse et théâtre) créé par la Cie 6je, dont elle est un des membres fondateurs, elle joue dans La Leçon de Ionesco et Les Justes de Camus mis en scène par Bartolo Filippone. Elle est Phèdre dans le spectacle Racine par la racine présenté au Festival Off d’Avignon 2010. Après sa rencontre avec Liudmila Nekrassov en 2008, elle fonde une nouvelle compagnie, l’Atelier Terra-Théâtre. Elles créeront ensemble Le Sondage de José Gabriel Nuñez, Les Cœurs Fougueux sur les poètes russes du siècle d’Argent, Du temps où je rêvais de mes amours enneigées d’après l’œuvre d’Ivan Bounine et le conte pour enfants Ludwig 14, le petit renard rusé. Depuis 2011, elle travaille avec le Collectif Serra Bernhardt dans les spectacle-performances « D’Amour » et « Il Mondo dei vivi », actuellement en tournée en Italie (Venise, Rome, Milan). Elle rencontre et travaille au cours de stages avec Philippe Calvario, Ivan Calbérac, Laurent Firod ainsi qu’auprès de Jean-Michel Rabeux, Patrick Sommier, Anton Kouznetsov, Patrick Pineau et Nicolas Bigards (Atelier des 200). Parallèlement, elle enseigne le théâtre auprès d’enfants et d’adultes pour le Centre Dramatique National de Gennevilliers (T2G).

Agnès Gaulin Hardy, Interprète-marionnettiste, échassière, auteur, et parfois danseuse de tango argentin.Etudiante en art théâtral à l’Université Paris 8, puis libraire, Agnès Gaulin Hardy s’est formée à la marionnette à gaine au Théâtre aux Mains Nues, sous la direction d’Eloi Recoing. Elle travaille régulièrement depuis 2007,  en tant que marionnettiste, comédienne et auteur au sein de la Cie Pipa Sol (78). Parallèlement, elle joue pour des cies des théâtres de rue, (Cie OLolo, l’Arbre à Nomades, cie Turbul). Agnès Gaulin Hardy a suivi de nombreux stages en marionnettes avec Nevil Tranter, Patrick Henniquau (fabrication et manipulation), en théâtre masqué avec la cie Varsorio,  en danse sensitive (Canal Danse Paris), et enfin, en théâtre gestuel avec Catherine Dubois  (Cie Inextenso93). De même, Agnès  poursuit sa recherche théâtrale en tant que formatrice marionnette / oeil extérieur (Collectif Dynamo- Clermont Ferrand), conférencière, et intervenante en ateliers d’initiation jeune public et adultes à la marionnette et aux échasses.

Elodie Milo est auteur-compositeur-interprète, après un premier album « Ida » enregistré au Venezuela et sorti en 2010, elle sort juste de studio pour l’enregistrement de « Raiz » son deuxième opus. Parallèlement à la création musicale, Elodie joue, chante et danse au sein de différents spectacles de théâtre en salle et en rue, tels que « Polar » avec la Cie Bilbobasso, et « Frous-Frous, Cabaret de Bonnes Femmes Fatales » (mise en scène: Johanna Boyé).

Julien Urrutia, Né à Perpignan , c’est en 2005 que julien Urrutia quitte sa ville natale pour la capitale.Il entre rapidement au conservatoire du 11ème arrondissement où il participera à de nombreux ateliers.En parallèle il intègre la troupe de Fabrice Eberhard , qui le mettra en scène dans de nombreux molière tels que « Les fourberies de Scapin », « DonJjuan », ou encore « Le malade imaginaire », mais aussi dans « Le songe d’une nuit d’été » de W.Shakespeare.Depuis on le voit alterner le registre classique et contemporain comme par exemple « six personnages en quête d’auteur »de L.Pirandello , « Plagiat »de L.Breton , « Edgar et sa bonne »de E. Labiche , « Le médecin malgré lui » de Molière , « Les trois mousquetaires »de A.Dumas, « Le dîner de con » de F. Veber. En 2011 ,  il participe notamment à la création de « notre dame des fleurs »de J.Genet au théâtre national de Nice , mis en scène par Antoine Bourseiller. Pour la saison 2012/2013 , on a pu le voir au théâtre de la porte st martin dans « Le bourgeois Gentilhomme » de Molière ainsi qu’au théâtre 13 dans « Le cas de la famille Coleman » de C.Tolcachir.

Boris Ravaine, Originaire de Lorraine, il débute adolescent dans une troupe amateur, très rapidement il intègre le Conservatoire de Metz et la troupe de Marionnette de Metz. En 2002 il monte à Paris pour commencer sa formation de comédien, il fait ses premières armes dans l’école Charles Dullin (dirigée par Bernard Pigot et Robin Renucci), il y passera une année. Il est admis ensuite aux Ateliers du Sudden (école dirigée par Raymond Acquaviva) ou il en sortira diplômé en 2006. À sa sortie de l’école il jouera au Théâtre du Lucernaire dans l’Importance d’être Constant d’Oscar Wilde mis en scène par Astrid Hauschild. A l’Aktéon Théâtre dans Les Muses Orphelines de Michel M.Bouchard mis en scène par Marie F.Auger ou encore au Théâtre Mouffetard dans l’Exil de Montherlant mis en scène par Idriss. Son gout pour l’improvisation, la précision et l’escrime théâtrale le dirigera vers la Commedia Dell’arte. Il tourne en parallèle dans de nombreux courts-métrages. La marionnette recroisera sa route dans La Tempête de W. Shakespeare mis en scène par Jean Louis Wacquiez, ou il sera comédien et manipulateur. Il joue en 2013 au Théâtre 13 Seine dans Le Cercle de Craie Caucasien de Bertolt Brecht, mis en scène par Fabian Chappui (spectacle qui recevra le prix du jury au Festival d’Anjou 2013) ainsi que dans Le Cas de la famille Coleman de Claudio Tolcachir, mis en scène par Johanna Boyé – spectacle lauréat 2013 du Prix Théâtre 13 / Jeunes metteurs en scène. Début 2014 il joue au Théâtre 13 Jardin , il est le Roi Arthur dans Lancelot Chevalier de Merlin de Gaëtan Peau, mis en scène par Quentin Defalt.

Brigitte Faure, comédienne, chanteuse, avec option danse. Patrick Grandperret, Nina Campanez, Topor et Jodorowski ont fait appel à ses compétences pour le cinéma et la télévision. La chanteuse et sa tessiture de soprano, ainsi que sa gouaille héritée d’Arletty trouve place dans le registre de la chanson populaire ainsi que dans celui de l’opérette et de l’opéra bouffe puisque ses cordes vocales possèdent de nombreuses partitions du patrimoine lyrique. Citons surtout, mais pas uniquement, celles d’Offenbach. Virginie Lemoine lui confia le rôle d’une diva déjantée dans « Une diva à Sarcelles » qui fut nommé aux « Molières » dans la catégorie « meilleur spectacle musical 2010 ». Elle jouera « Le Bal » d’Irène Némirovsky à l’été 14 en Avignon au théâtre du Balcon. 1er Prix à l’unanimité au conservatoire d’Art Dramatique de Dijon et son année de Classe Libre au cours Florent avec Francis Huster et Pierre Romans pour professeurs, en dévoilant qu’elle sévit avec succès dans le domaine du doublage.

Fanny Aubin, A suivi une formation théâtrale au conservatoire du 19ème arrondissement et au Sudden théâtre. En parallèle, elle obtient une licence en arts du spectacle. Elle a tourné dans de nombreux courts et moyens-métrages et récemment sur la série « plaisir de nuire, joie de décevoir » réalisation JC Louis Boulle. Elle a travaillé notamment avec Raymond Acquaviva, Philippe Adrien et Claude Buchvald. Côté scène, elle intègre plusieures compagnies, tout d’abord celle du « temps masqué » avec qui elle jouera deux pièces « un drôle de cadeau » de jean Bouchaud et « Youm » de mehdi dumondel, à Paris et au festival d’Avignon. Puis la compagnie « Los Figaros » où elle interprète le rôle titre de « La mégère à peu près apprivoisée » adaptation Alexis Michalik, au Vingtième théâtre, au théâtre du Splendid, puis en tournée en France et à l’étranger. Elle a joué également des pièces de Copi, de Racine, de Shakespeare. Récemment elle a joué dans « traversées » création de J .Gascoin et J. Ashford, dans une adaptation de « Alice aux pays des merveilles » et dans « Le cas de la famille Coleman » mise en scène de Johanna Boyé.

Camille Hugues, A étudié au cours Florent et au sudden theatre, avec quelques expériences cinématographiques, a surtout joué au theatre dans plusieurs créations contemporaines dont Sensitives mis en scène par Naema Boudoumi a mains d’œuvres en 2012, Panique au ministère mis en scène par Raymond Acquaviva à la porte saint Martin en 2009 puis en tournée ou Lady Oscar mis en scène par Éric Cyvanian au théâtre de la renaissance en 2011 puis en tournée.

Thomas Marceul découvre le théâtre en 1989 dans la classe d’Emmanuel Ray, qu’il rejoint bientôt à l’Ecole du Théâtre en Pièces pour une durée de 5 ans. Il intègre dans la foulée différentes compagnies professionnelles de théâtre de la Région Centre, telles que les Héliades, Le Théâtre en Pièces, Théâtre de l’Etourdi, Sub’Théâtre. Parallèlement il continue d’élargir sa palette artistique grâce à de nombreux stages professionnels de Clown, Commedia, Chant, Monologue, Cascade et Maîtrise des Armes, Cinéma… En 2000, il entre à l’Ecole Internationale de Théâtre Jacques Lecoq. En 2001, il crée la compagnie Naxos Théâtre, qui se distingue par des créations originales, des actions pédagogiques vers toutes sortes de publics en France, aux États-Unis, en Arménie, en Pologne, en Espagne, au Royaume Uni, en Allemagne et en Grèce. Avec la compagnie il enchaîne les créations remarquées telles « Hamlet, la fin d’une enfance », mis en scène par Ned Grujic, pour laquelle il est nominé aux prestigieux « Stage Awards » britanniques dans la catégorie « Acting Excellence for the Best Solo Performer », ou encore « Grand-Peur et Misère du IIIème Reich » de Brecht, mise en scène Rafaël Bianciotto. En tant que Metteur en scène, il monte « L’Histoire du Soldat » de Ramuz et Stravinsky, en réponse à une commande de la Scène Conventionnée de Chartres.

Ugo Gonzales est originaire du bassin d’Arcachon où il a suivi des études d’anglais. Il a fait en parallèle le conservatoire de théâtre de Bordeaux. Puis Les Ateliers du Sudden à Paris où il a rencontré Johanna Boyé. Ils ont collaboré ensemble sur la première mise en scène de cette dernière, Le café des jours heureux, et dernièrement sur Froufrou à La Nouvelle Seine. Comédien au théâtre qu’on a pu retrouvé dans Sensitives de et mis en scène par Naéma Boudoumi ou Amour Tchekov mis en scène de Benoit Lavigne au Ciné 13, il est actuellement sur la création de L’acide rougit le chiendent de, et mis en scène par Lauriane Goyet, en Corse. Il tourne également dans de nombreux courts métrages, ou moyens tels que Ouaga Youngo (2013) de Uriel Jaouen, qui a remporté récemment le prix France télévision au festival Cinébanlieue, ou encore quelques longs métrages comme La Main Blanche, de Francis Wolff, tourné en Afrique en 2013 et actuellement en post production. Il est également scénariste de dessins animés et a collaboré avec Gilles Deyries, notamment pour Mowww! (MIP à Cannes) et est actuellement à l’écriture d’un dessin animé tout public.

Jacques Trin, Originaire de Toulouse, il débute au théâtre dans une troupe amateur qu’il ne quittera qu’en 2004 pour monter à Paris. Il intègre l’école des Ateliers du Sudden (dirigée par Raymond Acquaviva) dont il sortira diplômé en 2007. Il développe plusieurs techniques théâtrales en se formant à la Comedia Dell’Arte mais également à divers arts martiaux comme le qi qong. Il a joué Britannicus et Le Songe d’une Nuit d’Eté dans les mises en scène de Raymond Acquaviva ainsi que dans Youm de Nazareth de Medhi Dumondel. Il a joué à deux reprises le rôle d’Oreste dans Andromaque, une première fois dans la mise en scène  de François Bourcier, puis dans celle d’Antoine Brin. En 2007 il joue dans Robin des bois et La Grande Dame, les spectacles de Comedia Del’Arte mis en scène par Stéphane Mir. Enfin, il a joué dans L’Exil de Montherlant mis en scène par Idriss , Roméo et Juliette au théâtre du Splendid mis en scène par Carole Rivière et dans Dieu à la manufacture des Abesses. Il joue actuellement dans Un Fil à la Patte, mis en scène par Isabelle Starkier au Théâtre de l’Ouest Parisien. La pièce sera présentée au festival d’Avignon Off 2011, au théâtre du Collège de la Salle.

David Slovo, Après des études de piano et des errances en Lettres sur Valence, il monte alors sur Paris faire sa formation classique au Cours Simon. Il rencontre ensuite le travail de Carlo Boso avec qui il se formera au travail du masque et de la commedia Del Arte. Jeune comédien professionnel il incarne en parallèle les enfants marginaux du répertoire,   Poil de Carotte, Lazarillo, Grande peur et misère du IIIème Reich. Il fait la connaissance de Jean-Philippe Daguerre au Théâtre de la Porte Saint-Martin avec qui il collaborera sur le Bourgeois Gentilhomme où sur Les Contes des mille et unes nuits.  La musique n’est jamais loin, il incarnera Mozart au Théâtre des Champs-Elysées sous la direction de Werner Büchler,  s’en suivra une aventure comme conteur en tournée nationale avec le Jeune Orchestre Symphonique de Berlin, sous la baguette D’Uri Rom. Il fait un passage chez Philippe Adrien au Théâtre de la Tempête et participe aux « Rencontres de la Cartoucherie ». En 2004 il intègre la compagnie du Passe-Muraille pour jouer dans La Petite Sirène, spectacle sur lequel il commence un travail de marionnettiste, qu’il renouvèlera sur « Quatre » un spectacle de marionnettes et d’ombres et pour lequel il composera également la bande musicale et sonore. Régulièrement il participe aux créations de la compagnie, La Théorie des Cordes, l’Affaire de La Rue de Lourcine, Seaside. Depuis 2011 la musique reprend de la place et après plusieurs collaborations sur des spectacles scéniques il composera la bande originale du premier long métrage de Bruno Mercier « Love Love Love » sorti en mars 2013.

Victorien Robert est comédien et metteur en scène. Il commence le théâtre après avoir étudié à Sciences Po Bordeaux et suit les cours de Blanche Salant à l’Atelier international de Théâtre, avant de rejoindre les ateliers du Sudden de Raymond Acquaviva tout en travaillant parallèlement avec l’école Charles Dullin. Grâce à cette grande diversité d’enseignements et de rencontres, il a pu prendre part à de nombreux spectacles comme Les Justes de Camus, Mesure pour mesure de Shakespeare, Andromaque de Racine, L’Opéra de quat’sous de Brecht, ou encore Lancelot, le chevalier de Merlin, de Gaëtan Peau, aux côtés de metteurs en scène tels que Franck Berthier, François Bourcier ou  Quentin Defalt. Il réalise sa première mise en scène, Italienne Scène, de Jean-François Sivadier, en 2011. Le spectacle est présenté au Prix Théâtre 13/Jeunes metteurs en scène, où il remporte le Prix du Public, la Mention Spéciale du Jury et le Prix du Théâtre de l’Opprimé. Actuellement, il met en scène Bérénice, de Racine avec la Compagnie Ermolaï, qu’il a créée en 2013. Il entreprend également un travail d’écriture et de création collective intitulé Pierre Guy (et autres héros de la réussite), d’après Peer Gynt d’Henrik Ibsen.

Lisa Lefort Lecoeur, Plasticienne marionnettiste, conteuse et musicienne, Lisa Lefort Lecoeur travaille avec le Naxos Théâtre à Rouen, le Collectif RAS à Dijon, la Compagnie La Cuillère et la Compagnie La Langue Pendue avec Rachid Bouali dans le Nord. Sa démarche artistique s’articule autour du travail du corps, de l’objet, du conte et de la musique. Elle découvre le plaisir de la rencontre universelle avec  la marionnette en 2003 en Equateur. A travers son premier spectacle, « Sacré Silence », elle fait une recherche sur les sons parlés, chantés, joués et les bruitages en relation avec les images. Elle s’accompagne de son violoncelle, qui est pour elle un véritable partenaire. Elle manipule une marionnette en jouant du violoncelle et dans « Triconteuses », spectacle de conte en objets, le violoncelle la manipule lorsqu’il devient marionnette ! En 2010, elle joue dans  « Anne Frank, le journal » avec le Naxos Théâtre. Elle conte les  Fables de La Fontaine, joue du violoncelle, chante, fait des bruitages pour créer un univers musical étrange, mélancolique et fragile, parfois drôle et construit comme une projection sonore et scénique des rêves d’un fabuliste mêlés à ceux d’un réalisateur.

Seiline ValléeComédienne et acrobate aérienne, elle joue régulièrement au théâtre depuis son jeune âge. Après une formation classique au Studio 34 et avec Max Naldini, elle découvre le théâtre de rue, le clown et la commedia dell’arte avec El Teatro Nucleo, Jacques Hadjaje et Luis Jaime Cortez. En 1993-94, elle joue Ania dans La Cerisaie avec Marie-Christine Barrault et Thierry Frémont. De 1999 à 2001, elle retourne à l’école et suit la formation de l’École Internationale de Théâtre Jacques Lecoq à Paris. Parallèlement, elle rencontre le trapèze fixe et le tissu aérien auxquels elle est initiée et formée par Lili Dehais, Zoé Maistre, Samuel Jornot. Elle pratique en Allemagne, en Angleterre, en France, en République Tchèque, en Chine, au Japon… Au théâtre, elle travaille dans des registres très différents : le classique  (T. Williams, Molière, A.P. Tchekhov…), le contemporain (R. Poudérou, V. Sorokine), mais aussi le théâtre visuel et physique. Elle joue notamment sous la direction de Jacques Connort, J.P Loriol, Philippe Maurice, Cécile Borne, Véronic Joly, Jacques Rosner… A partir de 2002, elle travaille en collaboration avec Divadlo Continuo, compagnie tchèque, sur plusieurs créations. En 2007, elle fonde à Prague la compagnie Décalages – Théâtre en Mouvement, dont les créations se jouent en Europe. En 2013, elle est l’assistante d’Yvo Mentens pour un spectacle de clown au CNSAD. Enfin, elle partage sa démarche artistique qui mêle cirque et théâtre en intervenant comme pédagogue et chorégraphe de jeu aérien. www.decalages.eu

EXPOSITION ZIG ZAG COLOR

– sur tous les lieux du Festival –

L’association Zig Zag Color, encore auréolée de son premier prix « Etoile de la culture 2012 », décernée par La Fondation Réunica Prévoyance, se lance dans une nouvelle aventure proposée par l’association du Futur Composé. Le thème du festival 2014 se développera autour du conte de Blanche Neige, revisité par Gilles Rolland Manuel.

Nous proposons à tous les établissements de se joindre à nous pour illustrer ce conte populaire. L’association Zig Zag Color se propose d’habiller de son regard éclectique ce récit empreint d’ombre et de magie.

Caroline Kojnok, présidente de l’association et Adjointe de direction à l’Hôpital de Jour d’Antony

L’association Zig Zag Color, née en 2001, fédère les ateliers d’arts plastiques d’établissements spécialisés dans la prise en charge de l’autisme (enfants, adolescents, adultes). Elle tend à promouvoir l’expression artistique, valorisée  essentiellement par la peinture. Elle rassemble le travail de toutes les institutions participant à des projets communs.

Les activités artistiques font partie du panel d’ateliers incontournables de ces établissements : elles ont une légitimité à côté ou dans le cadre du projet éducatif et de soin. Ces ateliers sont animés par des éducateurs, des ergothérapeutes, des art-thérapeutes avec la collaboration d’artistes plasticiens. L’association permet d’amplifier la capacité de ces ateliers nés à l’intérieur de l’institution. Elle favorise leur sortie à l’extérieur et les présente à diverses occasions dans le milieu ordinaire. Entité indépendante, elle a pour vocation d’organiser des expositions en dehors des murs institutionnels, faisant fi des barrières de limite d’âge dans les centres. Elle permet ainsi à certains jeunes, dont l’appétence est dirigée vers les arts plastiques, de continuer à exposer bien qu’ils aient quitté l’établissement où ils ont commencé à peindre.

Zig Zag Color participe, depuis sa création, à tous les festivals du Futur Composé. Avec la complicité de Didier Haardt, artiste plasticien, une vingtaine d’institutions prépare une exposition pour le prochain festival en 2014. http://www.zigzagcolor.com/


Note d’intention

Festival Futur Composé 2014 : «Blanche Neige»

I. Un spectacle

Comédie musicale (théâtre, danse, musique, acrobatie) autour d’une Blanche Neige émancipée qui déjoue avec une naïveté relative et beaucoup de grâce tous les pièges de l’aliénation féminine ; à commencer par celui d’une rivalité mortelle avec la reine-sorcière et son baiser qui tue. Face à 7 moinillons médusés, le plus beau prince du monde la ramène certes à la vie, mais se fera quand même doubler sur le fil pour le mariage et le trône.

Lieu : Théâtre Monfort (Paris 15eme)

II. Animations et Expositions

Déambulation du public dans un parcours de cirque labyrinthique, poétique, acrobatique, où les arts plastiques et autres figures esthétiques seront mis en valeur par le savoir-faire artistique de jeunes gens moins fantomatiques que ne les décrivent leurs dossiers informatiques.

Lieu: Chapiteaux et jardins et caravanes de l’Académie Fratellini (Saint-Denis 93)

Festival 2014